Lorsqu’une fuite se produit dans une copropriété, il est impératif de réaliser une réparation. Il est néanmoins indispensable de savoir si cette fuite a lieu dans les parties communes ou privatives. C’est la première étape pour déterminer qui va devoir prendre en charge la recherche de la fuite et donc évidemment qui devra payer les réparations. Parce que la fuite peut être visible dans un lieu différent de son origine, il est important de savoir précisément d’où elle provient. Se pose alors une question : comment va se dérouler cette recherche ?

La recherche d’une fuite en copropriété : les bases

RCP France Chemisage - inspection vidéo de canalisation à NiceSi vous observez une fuite d’eau dans votre plafond, l’origine de celle-ci ne provient pas obligatoirement du lieu où elle apparaît. La gravitation ou la pression peut en effet créer un « faux-semblant ». Ainsi, par exemple, l’inondation qui est apparue dans le hall d’entrée peut provenir d’un tuyau encastré au dernier étage.

Les copropriétaires vont vérifier leur compteur d’eau individuel pour contrôler qu’il n’y a aucun débit une fois toutes les arrivées d’eau fermées (ce qui n’est pas le cas s’il y a une fuite).

En général, une fuite en copropriété provient d’un manque d’entretien des canalisations (joint de raccordement, usure, corrosion…). Il faudra toujours faire appel à un professionnel pour cette recherche. Celui-ci pourra être mandaté par la copropriété en cas de doute sur le lieu d’origine de la fuite (lorsque tous les propriétaires ont vérifié leur compteur d’eau).

Le plombier va alors utiliser différentes techniques pour localiser le plus précisément possible l’origine de la fuite dans les parties communes. Il peut alors employer un gaz traceur, l’électroacoustique, une caméra thermique (thermographie par infrarouge) ou vidéo (caméra endoscopique), un détecteur d’humidité ou encore un colorant traceur fluorescéine. Cette recherche sera prise en charge par l’assureur soit de la copropriété soit du particulier.

La première des choses à faire avant même de faire intervenir un professionnel est de couper les arrivées d’eau pour éviter des dégâts plus importants. Contactez ensuite le syndic de copropriété ou le responsable sur place.

La recherche pourra être effectuée dès la constatation d’une fuite. Le donneur d’ordre n’est pas obligatoirement celui qui devra régler l’intervention. Le dégât des eaux ne sera pris en compte qu’après la résolution du problème. Un constat sera alors établi et transmis à l’assurance de la partie concernée.

La responsabilité de la copropriété sera de mise si la fuite est présente sur une canalisation avant les compteurs d’eau ou sur les canalisations évacuant les eaux usées. Il est aussi intéressant de jeter un œil au règlement de copropriété pour voir précisément ce qui est pris en compte dans les parties communes.

Le déroulement d’une recherche de fuite en copropriété

Canalisation usée à NiceSi la fuite n’est pas clairement identifiée (sur une canalisation dissimulée derrière un mur, par exemple), c’est au représentant de la copropriété de déclarer le problème à l’assurance de la copropriété.

Une fois le prestataire contacté, il va venir sur place pour trouver d’où vient le problème. Il devra analyser les plans pour déterminer le tracé des canalisations afin de ne pas procéder à une recherche à l’aveugle. Il choisira la meilleure technique pour effectuer cette recherche.

S’il choisit l’électroacoustique, il va utiliser un micro-amplificateur qu’il va passer contre les murs, plafonds et sols. Lorsque l’appareil va détecter des ondes anormales (le bruit de la fuite), il va réagir. L’origine de la fuite sera alors précisée. C’est une technique non invasive qui ne demande aucun percement. Cette technique est ultra-sensible et peut même être utilisée sur une tuyauterie enfouie sous du béton. Aucune excavation n’est nécessaire.

Pour ce qui est de la technique au gaz traceur, il faudra au préalable déterminer la canalisation en cause. Il faudra ensuite la purger avant de procéder à l’injection d’hélium ou d’hydrogène. Ce gaz va « sortir » par le trou de la fuite. Il sera alors repéré par un appareil spécifique. On utilise le gaz traceur aussi bien sur une canalisation enterrée que non enterrée ou sur les toitures. C’est un procédé très rapide et non invasif. Le gaz ne crée aucun problème : pas d’odeur ni de résidu. Il s’utilise même dans les réserves d’eau potable.

L’humidimètre peut également être un instrument utilisé pour trouver la source d’une fuite. Ce dispositif peut rechercher une fuite jusqu’à 15 mm de profondeur. Il s’agit de déterminer le taux d’humidité. Lorsqu’il y a un excès d’eau, il s’agit sans aucun doute du lieu qui pose problème. Deux sondes sont insérées dans le matériau. On peut réaliser cette analyse à différents endroits pour une lecture plus précise.

Il est encore possible d’utiliser un système de caméra. Deux procédés sont alors disponibles. L’inspection vidéo consiste à introduire une mini caméra dans la canalisation. Celle-ci va parcourir le tuyau et pourra localiser la fuite d’eau facilement. Pour éviter toutefois de perdre du temps, mieux vaut là encore déterminer la canalisation responsable. La caméra thermique n’impose pas, quant à elle, d’effectuer une recherche préalable. Elle va rechercher des rayonnements infrarouges à travers les parois. Une fuite d’eau va en effet faire varier la température. Plus on est proche de la source de la fuite, plus la température va être modifiée. Il suffit alors d’observer les rayonnements pour déterminer l’origine précisément. C’est une méthode non intrusive qui est de plus en plus utilisée. Inutile en effet d’introduire une sonde dans la structure. Elle s’utilise aussi bien sur les planchers que les murs.

Schéma d'un chemisage de canalisation

Le chemisage en images !

N’hésitez pas à nous suivre !

N'hésitez pas à partager cet article !

Sur le même sujet :